Contemporain Drame Historique Lecture Romance

Même les méchants rêvent d’amour

10 janvier 2021

Je crois que 2021 est mon année ! J’enchaîne les très bonnes lectures pour ce début d’année, et j’espère que cela va continuer comme ça. J’ai longtemps hésité devant ma bibliothèque à choisir LA lecture qui suivrait La mer sans étoiles. Je voulais quelque chose de doux et de réconfortant, puis je suis retombée sur Même les méchants rêvent d’amour d’Anne-Gaëlle Huon. Un roman qui traîne dans ma pile à lire depuis sa sortie en 2019. Impossible à oublier, j’étais allée à une séance de dédicace pour sa sortie avec ma maman.

Je pensais le lire cet été, je l’avais d’ailleurs ajouté à ma pile à lire du challenge escale littéraire, mais non, je n’ai pas réussis à le sortir. Peut-être parce qu’il parle de la relation d’une grand-mère avec sa petite fille. Que j’avais peur de me reconnaître un peu dans cette histoire, moi qui passe tellement de temps avec ma mamie et surtout peur de la manière dont le roman allait se terminer sachant que dès le départ, on apprend que Jeannine a Alzheimer. 

En résumé :

Jeannine a 85 ans passés. Elle aime : les bals musette, les costumes des patineuses artistiques et faire un six aux petits chevaux. Elle n’aime pas le sucre sur le pamplemousse, les films d’horreur et les gens qui postillonnent. Le jour où on lui annonce que sa mémoire s’apprête à mettre les voiles, Jeannine est déterminée à ne pas se laisser faire. Alors elle fait des listes. Toutes sortes de listes. Et elle consigne dans un carnet tous les bonheurs qui ont marqué sa vie. Quand Julia, sa petite-fille, la rejoint en Provence, elle découvre ce que sa grand-mère n’a jamais osé raconter. L’histoire d’un secret, d’un mensonge. Entourée d’une bande de joyeux pensionnaires, Julia va tenter de faire la lumière sur les zones d’ombre du récit. Et s’il n’était pas trop tard pour réécrire le passé ?

Même les méchants rêvent d'amour d'Anne-Gaëlle Huon

Mon avis : Même les méchants rêvent d’amour

C’est un avis un peu à chaud que je rédige, j’ai terminé cette histoire il y a tout juste quelques heures. J’en ressors avec le cœur gros, mais aussi avec un sentiment de trop peu. Je ne suis pas sûre d’ici quelques années, de me rappeler en détails de l’histoire de Jeannine et de Julia, par contre je pense que j’aurais toujours en tête le souvenir de ce carnet laissé par une grand-mère à sa petite fille afin de ne pas être oubliée, et de transmettre son histoire. D’autant plus qu’en lisant les remerciements, j’ai découvert qu’Anne-Gaëlle Huon avait réellement reçu un cahier de sa mamie avant que ses souvenirs ne s’envolent. 

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.
C’est la vie qu’il y a eu dans les années.

Le récit alterne entre le présent avec Julia qui retourne voir sa grand-mère et les extraits du passé de Jeannine, ce sont deux générations qui s’entremêlent.

J’a trouvé l’histoire de Jeannine vraiment émouvante, son journal est comme un trésor qui renferme des secrets, mais aussi de la joie et de l’espoir. Le début du roman prend son temps et nous présente tous les personnages qui vont jouer un rôle dans la vie de cette mamie, son amie Lucienne, ses parents et quelques habitants du village. Je me suis attaché à certains personnages et un peu moins à d’autres. J’ai adoré le club des tricoteuses, et toute la bande de la maison de retraite, mais un peu moins le personnage de Julia et ses histoires d’amour. 

En conclusion

C’est un roman d’une grande sensibilité, avec une histoire chargée d’émotions. En le refermant, j’ai pris conscience de la chance que j’avais d’avoir encore mes deux grands-mère auprès de moi. Elles ont sûrement beaucoup à m’apprendre et à me raconter, sur leur passé, sur une autre époque et sur de beaux souvenirs. Je me suis beaucoup attaché au personnage de Jeannine dans lequel je retrouvais un peu ma mamie. L’histoire familiale peut sembler un peu simple au départ, mais une fois les souvenirs remis en place elle prend une toute autre forme. J’accorde une mention spéciale aux petites listes de Jeannine qui m’ont beaucoup fait rire. 


Les plus : L’histoire du carnet de souvenirs. La romance de Jeannine. L’ambiance de la Provence. Les Listes de Jeannine.
Le moins :  L’histoire de Julia. J’aurais aimé m’attarder plus sur le romance de Jeannine et son mariage que sur son enfance.


Ma note : ★★★☆☆

Titre : Même les méchants rêvent d’amour
Auteure : Anne-Gaëlle Huon
Editons : Albin Michel

Même les méchants rêvent d’amour d’Anne-Gaëlle Huon

1 Comment

  • Reply
    Eline
    10 janvier 2021 at 22 h 43 min

    Un roman qui me tente beaucoup. J’adore les romans qui parlent de grand-mère. J’ai encore mon arrière grand mère de 98 ans et j’en suis très reconnaissante ! Ce doit être une magnifique lecture qui met la larme à l’oeil..

Leave a Reply