Drame Historique Lecture Romance

Petite d’Edward Carey : la grande madame Tussaud

22 avril 2021

En suivant les carnets de bord d’Estelle, j’ai découvert la sortie du roman Petite d’Edward Carey. Un roman historique retraçant la vie de l’artiste française Marie Tussaud. La fameuse madame Tussaud. Vous connaissez sûrement les fameux musées de cire madame Tussauds présents dans la plupart des grandes villes du monde. J’ai eu la chance de visiter celui de Londres, et de passer des heures à déambuler au milieu de tous ces mannequins de cire représentant des célébrités. C’est l’équivalent de notre musée Grévin parisien. Mais si vous ne deviez en visiter qu’un, je vous recommande le madame Tussauds londonien qui est beaucoup plus fourni et offre une expérience plus complète.

Vous l’aurez compris, madame Tussaud est un personnage qui m’intrigue énormément. Comment une femme du XVIIIe siècle a-t-elle réussi a monter un tel empire ? J’étais donc très heureuse de découvrir cette nouvelle publication qui m’en apprendrait plus sur ce personnage si célèbre et en même temps si mystérieux


En résumé :

Art, amour, Révolution : le récit d’une existence hors du commun.
Née à Strasbourg en 1761, la jeune Marie Grosholz, future madame Tussaud, est employée dès son plus jeune âge comme apprentie par un sculpteur sur cire. Lorsque le duo devient célèbre à Paris pour ses réalisations, Marie a pour modèles les plus grandes personnalités de l’époque : Voltaire, Rousseau, Benjamin Franklin, etc. Bientôt elle est accueillie à la Cour où elle prodigue des leçons de sculpture à la princesse Élisabeth, sœur du roi. En 1789, la capitale entre en ébullition, la foule exige des têtes. C’est le début d’une incroyable décennie pour Marie qui, échappant de peu à la guillotine, se voit chargée d’exécuter les masques mortuaires de ses amis les plus proches (Louis XVI), comme de ses ennemis les plus acharnés (Robespierre).

Avec ce récit palpitant, illustré de magnifiques dessins de l’auteur, Edward Carey nous fait entrer dans l’intimité d’une femme au destin exceptionnel.


Mon avis : Petite d’Edward Carey

L’histoire de la petite Marie Grosholz est simplement incroyable. Edward Carey nous offre une histoire aussi étrange que fascinante sur une fille ordinaire qui nous a laissé un héritage extraordinaire. Je salue autant le récit que la mise en page parsemée d’illustrations qui ajoutent de la profondeur au roman. Les dessins ont été réalisés par l’auteur lui-même, et ils apportent énormément à l’expérience de lecture. Le récit est écrit à la manière d’un journal, comme si Marie, nous racontait son histoire. Elle y ajoute de petits croquis, ses observations, afin de nous impliquer dans cette lecture et nous aider à visualiser les petites joies et parfois les horreurs qui ont composé sa vie.

Marie Grosholz

Le récit s’ouvre sur les premières années de vie de Marie. Sûrement pas ses plus heureuses, car elle perd ses deux parents alors qu’elle n’est encore qu’une enfant et se retrouve servante d’un étrange docteur suisse. Cet homme, le Dr Curtius, est anatomiste, il étudie les différents organes du corps humain et les reproduit soit en dessin soit en cire. C’est accompagnée de cet étrange patron que Marie va se former à cet art. Curtius va la prendre sous son aile, mais elle gardera toujours sa position de servante à ses yeux. C’est d’ailleurs lors de leur emménagement à Paris que la différence de leurs statuts se fait ressentir.

Curtius va s’associer à une veuve parisienne et tous deux vont monter le premier musée de cires. Marie, elle, ne prendra part à ce projet que de loin, car sa condition de servante ne lui permet pas de faire partie de l’atelier. Malgré tout, c’est elle et non son maître qui réalisera les moulages des têtes les plus précieuses. Il est très difficile pour elle de comprendre où est sa place. Elle travaillait la cire en duo avec Curtius et se retrouve du jour au lendemain traitée comme une servante sans pour autant être payée. Mais Marie ne se laisse jamais abattre, elle est déterminée et apprend à s’adapter à chaque nouvelle situation.

Un destin extraordinaire

Comme le premier musée Tussaud se trouve à Londres, naïvement, je pensais que Marie avait vécu une grande partie de sa vie en Angleterre. Mais finalement, le roman s’attarde sur sa vie en France, car c’est ici que tout commence pour elle. Le premier musée de cire de France prend place dans une ancienne maison de singes. Marie, le Dr Curtius, la veuve Picot et son fils Edmond vont former une bien étrange famille. La renommée de Curtius associé à l’opportunisme de la veuve, va permettre à nos personnages de développer leur entreprise et faire venir tout le beau monde parisien. 

Un peu par hasard Marie, va avoir la chance de se rendre à Versailles et côtoyer de près la famille royale. Mais l’intrigue prend un nouveau tournant avec le soulèvement du peuple et la Révolution qui est en marche. Je ne m’attendais pas à ce que le roman nous plonge autant dans cette période historique, jusqu’à ce moment-ci l’histoire ne s’attardait que très peu sur les grands événements historiques. Mais Edward Carey, prend son temps et nous entraîne dans cette macabre période. C’était passionnant, découvrir cet événement au cœur de l’action, et frissonner pour nos personnages.

En conclusion

Avec Petite, Edward Carey nous offre une longue fiction historique à l’image d’un conte macabre et excentrique. La vie de Marie Grosholz n’aura jamais été facile, elle aura connu le deuil, l’amour, la royauté, la révolution, l’art et la soumission. Et pourtant elle ne se sera jamais laissée faire, c’était une femme d’une grande force et d’une grande persévérance. Un petit bout de femme qui marquera l’Histoire. Je suis vraiment contente d’avoir lu ce roman, car je ne connaissais absolument rien sur la grande madame Tussaud. Et je suis bluffée par son destin extraordinaire. De plus, le roman est illustré, ce qui apporte encore plus à l’histoire et à l’expérience de lecture.


Ma note : ★★★★☆

Les plus : Le fabuleux destin de Marie Grosholz. Le côté historique avec la Révolution française. Les illustrations de l’auteur.


Titre : Petite
Auteur : Edward Carey
Éditions : Cherche-midi

Petite d'Edward Carey

Vous devriez aussi aimé...

6 Comments

  • Reply
    toiledemots
    27 avril 2021 at 12 h 44 min

    J’ai vu passer ce livre qui m’intrigue beaucoup ! Ta chronique renforce mon intérêt et notamment tout l’apport historique. Je prends note !

  • Reply
    meslivresdepoche
    29 avril 2021 at 15 h 55 min

    Je suis allée à ce musée et cette lecture m’intrigue beaucoup pour le coup !

    • Reply
      Chromopixel
      30 avril 2021 at 11 h 39 min

      Une très bonne découverte ! Je te la recommande

  • Reply
    Anouklibrary
    29 avril 2021 at 21 h 01 min

    Je ne connaissais pas du tout ce roman ! Je l’ajoute aussitôt à ma wish list, j’adore découvrir des portraits de femmes comme celui-ci ! 🙂

    • Reply
      Chromopixel
      30 avril 2021 at 11 h 38 min

      Oui, il est très intéressant car finalement madame Tussaud est mondialement connue mais nous ne connaissons rien de sa vie.

  • Reply
    cecilia_cherieblossom
    13 mai 2021 at 14 h 33 min

    Je l’ai dans ma wishlist et pour le coup je pense que ce sera une lecture parfaite pour cet automne 😀

Leave a Reply