Contemporain Drame Lecture Romance

Les jours heureux d’Adélaïde de Clermont-Tonnerre

20 juillet 2021

Ma copine Marie-Anne m’a prêté Les jours heureux d’Adélaïde de Clermont-Tonnerre. Son avis (que vous pouvez retrouver ici) m’a donné terriblement envie de le découvrir à mon tour. C’est un roman dont la presse parle beaucoup, mais que je n’ai pas vu passer tant que ça sur bookstagram. Pourtant, il a tout pour plaire, une belle histoire de famille, des personnages forts et des sujets d’actualité.  

En résumé :

Edouard Vian et Laure Brankovic ont formé puis déformé pendant trente ans le couple le plus terrible et le plus célèbre du cinéma européen. Ils se sont mariés trois mois avant ma naissance. Ils ont divorcé quand j’avais un an. Se sont remariés quand j’en avais cinq et se sont à nouveau séparés pour mes quinze ans. Ils ont signé leur dernier divorce la veille de mes vingt-cinq ans. Entre temps ils ont fait une trentaine de film ensemble et un seul enfant  : moi. A eux deux ils ont créé une sorte de légende, lui à la réalisation, elle au scénario. Moi… c’est une autre histoire. 

Oscar, un jeune homme talentueux tente d’échapper à l’amour écrasant de ses parents, couple infernal et merveilleux qui ne sait vivre que dans l’urgence et la passion. Les tenir à distance est pour lui la meilleure manière de les aimer, jusqu’à ce matin de février où, dans le bureau glacial d’un hôpital, il apprend que sa mère est condamnée. Un secret qu’elle tient farouchement à garder. Naît alors en Oscar une idée absurde et obsédante  : inciter ses parents à se retrouver une dernière fois, avec l’espoir secret que sa mère en sera sauvée.

Les jours heureux d'Adélaïde de Clermont-Tonnerre

Mon avis : Les jours heureux

Je me rends compte qu’il est très difficile de vous parler de cette lecture, car finalement, ce roman est composé de nombreuses histoires différentes reliées par un fil rouge : Oscar. J’ai tenté de vous présenter l’intrigue chronologiquement, mais il y a tellement d’éléments différents entre l’histoire de famille, le débat sur #metoo, le contexte politique aux États-Unis et le côté espionnage, l’autrice s’est un peu trop éparpillée. Je vais plutôt vous faire un avis global de ma lecture. 

Les personnages

Nous faisons la connaissance d’Oscar et sa famille, son père Edouard Vian et sa mère Laure Brankovic. Toute la famille baigne dans le monde du cinéma, si ses parents sont des monstres de l’industrie cinématographique, Oscar tente de se faire une place en tant que scénariste de série télé. Dans les premières pages, Oscar nous raconte son enfance au milieu de ses parents et son besoin d’indépendance et d’émancipation. Je n’ai pas du tout accroché avec son personnage, il m’a semblé fade et très égoïste tout l’opposé de ses parents. En opposition, j’ai adoré le couple d’Edouard et Laure, leur amour pétillant et explosif, ils sont comme deux-pièces d’un même puzzle. C’est leur histoire que j’attendais de découvrir avec impatience à chaque nouveau chapitre. Surtout que nous apprenons dès les premiers chapitres que Laure est condamnée… C’est donc leur dernière chance de retrouver leur amour perdu. 

J’aime avoir dans mes lectures des personnages solaires, et positifs. Oscar était tout le contraire, même lorsqu’il a la chance de vivre de beaux moments familiaux, il a constamment une pensée négative. Je l’ai vu comme un personnage dépressif et déprimant. Heureusement, un quatrième personnage fait son apparition au milieu du roman : Aurélie. Elle est une ancienne collègue d’Oscar et souhaite partager avec lui son nouveau projet de réalisation : un film sur l’affaire Weinstein. Outre l’intrigue familiale, la réalisation du film d’Aurélie va prendre une grande place dans l’histoire et cela redonne du souffle à l’histoire. 

En conclusion :

J’ai l’impression d’avoir rédigé un article un peu brouillon, mais sincèrement, je ne sais pas comment vous parler de ce roman sans trop en dévoiler. J’ai aimé une partie de l’intrigue, celle qui concernait les parents d’Oscar et celle sur les événements Metoo et le film d’Aurélie, malheureusement, je n’ai pas accroché à toute celle autour du personnage principal et de ses relations amoureuses. Une lecture en demi-teinte, mais que je ne regrette pas, car j’ai réellement trouvé Edouard et Laure fantastiques, je regrette que l’histoire ne se soit pas concentrée un peu plus sur eux.

Je pense que l’autrice est allée un peu trop loin en multipliant les rebondissements, même si la trame principale de l’histoire ne change pas, cela fait trop d’éléments à suivre et rend l’intrigue peu vraisemblable. J’ai peut-être un peu trop mis l’accent sur les points négatifs de cette lecture, alors que j’ai passé un très bon moment au milieu de la famille Vian-Brankovic. Le style de l’autrice est fluide et très rythmé, finalement tous ces sujets abordés donnent de la dynamique au récit. Les sentiments qui unissent tous nos personnages entre eux sont bien décrits et renforcent l’attachement que l’on a pour cette famille.


Ma note : ★★★,★

Les plus : La relation entre Edouard et Laure. Le sujet du Metoo abordé via le film de Laure.
Le contexte cinématographique.
Les moins : Trop d’évènements, qui décrédibilisent l’histoire. Le personnage principal peu attachant.


Titre : Les jours heureux
Autrice : Adélaïde de Clermont-Tonnerre
Editons : Grasset

Les jours heureux d'Adélaïde de Clermont-Tonnerre

3 Comments

  • Reply
    Parlons fiction
    21 juillet 2021 at 9 h 24 min

    Je n’ai jamais vu ce roman passer ailleurs que sur ton blog. Il y a des livres comme ça sur lesquels on a du mal à trouver les bons mots pour en parler et on a l’impression que notre avis est brouillon. Mais j’ai trouvé ton article très clair 😊 Au passage, j’aime beaucoup la couverture du roman que je trouve réussie.

  • Reply
    meslivresdepoche
    22 juillet 2021 at 14 h 40 min

    Le fait que le personnage principal ne soit pas attachant ne doit pas aider à apprécier ta lecture en cours, je le conçois !

  • Reply
    cecilia_cherieblossom
    23 juillet 2021 at 21 h 41 min

    Je ne connaissais pas du tout avant ton article !

Leave a Reply