Classique Drame Historique Lecture Romance

3 bonnes raisons de lire : Autant en emporte le vent

16 mars 2020

J’ai toujours beaucoup de mal à rédiger les chroniques des romans coups de cœur. D’ailleurs plusieurs des livres coups de coeur que j’ai lu l’année dernière n’ont jamais été chroniqués. J’ai peur de mal m’exprimer et de ne pas réussir à faire passer toute la passion qui m’anime à leur sujet. Et puis on ne va pas se le cacher autant en emporte le vent est quand même un des classique de la littérature ! Ce qui met une pression supplémentaire dans la rédaction de cette chronique. 

En résumé : autant en emporte le vent

En pleine guerre de Sécession, la ravissante et très déterminée Scarlett O’Hara voit le bel avenir qui lui était réservé à jamais ravagé. Douée d’une énergie peu commune, elle va se battre sur tous les fronts, dans la Géorgie en feu, pour sauver la terre et le domaine paternels : Tara. Ses amours ? Le fragile et distingué Ashley Wilkes et Rhett Butler, forceur de blocus et séduisante canaille, attiré par Scarlett parce qu’elle n’a pas plus de scrupules que lui… Amours romantiques, violentes, impossibles, rythment ce grand moment de l’histoire américaine, le drame du Sud.


1. Le contexte historique

J’ai choisi de commencer par le contexte historique, car c’est certainement ce qui m’a le plus marqué dans ce roman. Nous débutons l’histoire dans une plantation de coton, la fameuse Tara, en Géorgie un peu avant le début de la Guerre de Sécession. En tant qu’européenne, ce n’est pas une partie de l’histoire que j’ai eu la chance de beaucoup étudier à l’école. Je connaissais dans les grandes lignes cette division entre le Nord et le Sud des Etats Unis et l’évolution politique au sujet de l’abolitionniste, mais c’est tout. Dans ce roman Margaret Mitchell nous offre une formidable fresque historique et sociale qui nous plonge au coeur du Sud des États Unis. Nous y suivons les événements qui ont amené à cette déchirure, la guerre, puis la reconstruction. Autant en emporte le vent est extrêmement bien documenté sans toutefois rendre le récit trop lourd. 


2. La romance

J’aurais dû placer les personnages en second point, mais c’est la romance qui a prit le pas dans mon cœur. J’ai refermé ce livre avec le cœur en morceau. Je connaissais pourtant déjà sa finalité à cause du film, mais passer autant de temps à suivre l’histoire de Rhett et Scarlett m’a laissé comme une boule au fond du cœur. Difficile de leur dire au revoir et surtout dans ces conditions. En réalité, ce livre n’a rien de très romantique, Scarlett va passer de mari en mari, toujours afin d’obtenir ce dont elle à besoin.

Je pense que nous connaissons tous et toutes le couple mythique : Scarlett et Rhett, ils sont presque aussi connus qu’Elizabeth Benett et Mr. Darcy. Mais ce que j’ai adoré dans cette romance, c’est l’histoire d’amour ratée. Car oui, ce couple va s’aimer avec la passion due au caractère de nos deux personnages principaux, mais jamais au même moment. Tandis que Scarlett s’évertue à poursuivre Ashley, de mon côté, je suis tombée amoureuse de Rhett un peu plus à chaque page. Rhett est loin d’être le prince charmant ou l’homme parfait, il est bourré de défauts (tout comme Scarlett). Mais il est aussi très romantique et sensible ce qui rend cette histoire d’amour encore plus chavirante. Ce n’est pas une romance classique avec des coups d’œils furtifs ou des baisers volés. C’est une histoire de passion, de pouvoir et de manipulation (oui on connait tous le chantage affectif). Cela rend leur histoire d’amour beaucoup plus vraie et crédible.


3. Les personnages

La grande force de ce roman, ce sont surtout les personnages. L’œuvre est tellement complète et détaillée, qu’a chaque moment de lecture, j’avais l’impression de retrouver des amis. Au fil des années, on les voit tous évoluer, vieillir, prendre en maturité (ou pas). Ils sont tous exceptionnels, avec leurs caractères si différents. 

Scarlett :

l’héroïne anti-héroïne, une peste incarnée. Et j’avoue que ça fait du bien pour un roman de cette époque de ne pas avoir une héroïne trop niaise. Elle est opportuniste, égoïste, vénale. Elle a tellement de défauts que je ne pourrais même pas en faire la liste. Mais à côté elle compense son caractère en étant forte et débrouillarde, qui cherche l’indépendance, elle est belle, charismatique (et saura toujours tirer avantage de ses atouts). En résumé, c’est une femme que l’on admira, aimera et détestera à la fois. 

Rhett :

Qui au premier abord pourrait paraître comme un égoïste opportuniste est finalement mon personnage préféré. Il est franc, jamais il ne dira quelque chose qu’il ne pense pas, quitte à blesser la personne, il s’assume entièrement. Il est lui aussi très charismatique et c’est grâce à lui que Scarlett reprendra en douceur. C’est ce que j’ai le plus aimé de lui. Et puis dans les moments de peine, on se rendra compte que c’est aussi un homme sensible et passionné, ce qui n’ôte rien à son charme. 

Ensuite, nous avons tous les personnages secondaires, Ashley, Mélanie, Mama, etc. Que j’ai adoré découvrir, mais qui paraissent bien fade face à notre duo Scarlett/Rhett. 


Une chronique pas facile à rédiger, il y a tellement de choses à dire au sujet de ce roman. J’espère vous avoir donné envie de vous attaquer à ce pavé. Et si jamais il vous fait peur, n’hésitez pas comme moi à diviser votre lecture en plusieurs parties sur l’année (ça passe mieux). 


♥ COUP DE COEUR ♥

Titre : Autant en emporte le vent
Auteur : Margaret Mitchell
Editons : Gallimard Quarto

No Comments

    Leave a Reply