Contemporain Drame Historique Lectrice Charleston Lecture

Dakota Song : we all live in the Dakota Building

9 février 2021

En tant qu’ancienne lectrice Charleston, j’ai la chance d’avoir reçu il y a quelques semaines le roman Dakota Song d’Ariane Bois. J’ai tout de suite eu un déclic en lisant son nom, Dakota Song ne pouvait que faire référence au fameux Dakota Building de New-York. Un immeuble que j’ai eu la chance de voir à deux reprises depuis les étendues de Central Park. Je ne m’en suis jamais réellement approchée, de toute manière, il n’est pas accessible pour les non-résidents. Mais je me suis arrêtée sur la plaque imagine (un petit souvenir ici) rendant hommage au célèbre Beatles : John Lennon. J’ai ensuite lu le résumé, qui a finit par me convaincre que c’était une lecture qu’il me fallait. La découverte du New York des seventies, qui pour moi était synonyme d’avant-garde artistique, mais qui finalement cachait une part bien sombre.

En résumé :

New York, 1970. Shawn Pepperdine, jeune de Harlem, assiste, horrifié, au meurtre de son meilleur ami. Pour échapper aux assassins, il trouve refuge dans les sous-sols du Dakota, l’immeuble le plus mythique de Manhattan.
Au coeur d’une ville en pleine ébullition, le Dakota reste, lui, immuable : un club très fermé, un château médiéval sur Central Park, un havre de paix des « rich and famous ». S’y côtoient Lauren Bacall, Leonard  Bernstein et Rudolf Noureev. Ici, Polanski tournera les images du film Rosemary’s Baby.
Devenu le premier portier noir du Dakota, Shawn côtoie ses résidents : Nigel, Abigail, Nathan, Cherie, Becky, Andrew, Tyler et les autres.
Quand la plus grande star du monde, John Lennon, emménage à son tour, l’immeuble et sa communauté s’enflamment…

Dakota Song d'Ariane Bois : we all live in the Dakota Building

Mon avis : Dakota Song

Dans Dakota Song, Ariane Blois va nous ouvrir les portes d’un des plus célèbres immeubles de New-York. Notre curiosité nous a tous déjà poussé à nous demander ce qu’il se passait chez nos voisins, alors qu’en est-il lorsque ces voisins sont en réalité les personnes les plus célèbres et influentes de toute la ville ? C’est grâce à Shawn, que nous allons découvrir petit à petit la vie des différents résidents. Suite à un événement tragique, Shawn se voit obligé de quitter son quartier Harlem et sa famille. Un peu, par hasard, il va obtenir un poste dans l’immeuble le plus prisé de Manhattan. Il sera le premier afro-américain à intégrer les équipes du Dakota. 

Les personnalités du Dakota

Nous découvrons donc, les divers résidents ainsi que des petits moments de vie personnels de chacun. Le roman se découpe de manière à ce que chaque chapitre mette en avant un habitant. Je ne vais pas vous le cacher, il est difficile de s’y retrouver, je suis plusieurs fois retournée en arrière pour retrouver à qui appartenait tel souvenir, ou bien qui était marié avec qui. Il y a peut-être trop de personnages à mon goût, mais cela nous permet d’avoir une palette de différentes personnalités. Il y a des arrivistes, des bohèmes, des snobs, des célébrités, des familles et des personnes lambdas. J’ai énormément aimé le fait que l’autrice mélange des personnages célèbres et des évènements réels à son œuvre de fiction. Un peu comme avec ma lecture de Daisy Jones & The Six, je me suis plusieurs fois posée des questions sur l’existence d’un personnage, allant jusqu’à le rechercher sur Internet. Il n’était pas toujours facile de démêler le vrai du faux, Ariane Blois à fait un très gros travaille de recherche et cela rend le roman captivant. 

L’histoire

Le roman se déroule sur une dizaine d’années et nous offre de petites tranches de vie de ces différents habitants. Puis le roman prend un nouveau tournant avec l’arrivée de Lennon et de sa femme Yoko Ono. Tout le monde gravite un peu autour d’eux, que ce soit les autres résidents un peu curieux, ou les employés. À partir de ce moment-là, j’ai rapidement compris quelle serait la finalité de cette histoire. S’il y a bien un moment clé dans la vie du Dakota à retenir, vous savez à quoi, je fais référence. Malgré tout, cela ne m’a pas empêché de continuer ma lecture. J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir chacun des habitants de l’immeuble, et j’étais curieuse de savoir où l’histoire allait les mener. 

Finalement, chaque résident du Dakota est là pour représenter un moment clé de la grande Histoire de New-York, ses qualités et ses défauts. Shawn par exemple met en évidence la misère des noirs de Harlem et les luttes sociales. C’est un roman très instructif sur une époque extraordinaire culturellement. 

En résumé :

J’ai vraiment passé un excellent moment de lecture. L’alternance des chapitres avec les différentes histoires des habitants donne beaucoup de rythme à l’histoire. Ces nombreux personnages peuvent nous embrouiller un peu au début, mais finalement, nous apprenons à les connaître, et nous nous attachons à eux. Ils font partie d’une belle et grande famille, celle du Dakota. J’aime énormément le partie-pris de l’autrice de se servir de cet immeuble pour nous dévoiler le meilleur comme le pire de ce que l’Amérique des années 70 présentait. 


Le Dakota est tout à fait l’immeuble que j’imaginais durant ma lecture d’Un bébé pour Rosemary. Et en lisant Dakota Song j’ai finalement appris que Polanski avait lui aussi pensé à ce building pour son adaptation !


Ma note : ★★★★☆

Les plus : Un roman instructif et une lecture riche. L’attachement aux nombreux personnages. Mélange de réel et de fiction.
Les moins : Peut-être un peu trop de personnages d’un coup.

Titre : Dakota Song
Autrice : Dakota Song
Editons : Charleston (poche)

1 Comment

  • Reply
    cecilia_cherieblossom
    9 février 2021 at 14 h 30 min

    La honte je ne connais absolument pas ce building … Le roman a l’air pas mal en tout cas !

Leave a Reply